Pourquoi le faisons-nous maintenant autrement ?

Avant, les sopranos étaient placés à gauche, alors qu’ils le sont maintenant à droite. Avant, la répétition commençait à 7h00 et maintenant à 7h30. Avant, il était possible de prendre une boisson avant la répétition, maintenant, seulement après… Ce sont des changements qui semblent très simples pour des adultes : de nouveaux accords sont conclus et tout se passe à nouveau à merveille. Cela est plus difficile pour les enfants et jeunes. Les régions du cerveau actifs lorsque l’on nous demande d’être flexibles, tout comme lors de changements, ne fonctionnent pas encore parfaitement ensemble ou doivent encore évoluer. C’est pourquoi les enfants et jeunes ne sont pas encore capables de respecter un changement, même s’ils le comprennent et même l’approuvent ou peuvent l’expliquer. Les adultes froncent alors des sourcils et perdent patience. En effet, s’ils le savent, pourquoi ne le font-ils pas ? Tous les jeunes choristes n’en sont pas au même niveau de ce développement. Demander de la flexibilité implique également de laisser le temps de l’apprentissage aux choristes. Et par pitié, laisse-les de temps à autre perdre le fil, même si tu pensais qu’ils en étaient finalement capables. Suivre les étapes, même s’il faut de temps à autre faire du sur-place ou un pas en arrière, fait partie de la croissance et de l’évolution.

Par-delà les frontières

L’objectif du projet VOICE est d’apporter un souffle nouveau aux choristes de tous âges, aux chefs de chœur de tout bord, aux fédérations chorale et à la politique de chorale par-delà les frontières de l’Europe.

Dans le Singing Sofa, nous aimons à donner au concept ‘par-delà les frontières’ une signification supplémentaire. Nous incitons dès lors à regarder ‘par-delà les frontières’ de l’âge, des chœurs, du répertoire, des activités, etc.

La liste suivante traduit quelques propositions. Mais chemin faisant, d’autres idées mieux adaptées à votre propre chorale vous viendront sans doute.

  • Frontière 1 : votre propre frontière : vous avez une question ? Posez-la ! Vous avez un souhait ? Faites-le connaître ! Vous avez un projet mais ne savez pas si vous êtes capable de le réaliser ? Essayez ! Quoi qu’il en soit : dialoguez entre vous et avec le chef de chœur, même s’il s’agit de problèmes, de pensées, d’émotions, de méthodes de travail, d’accords… et n’oubliez pas non plus de débattre des résultats. Ce n’est qu’à ce prix que vous serez capable d’un ajustement vers une meilleure chorale.
  • Frontière 2 : les voix du chœur. De temps à autre, il est bon de comparer les parties de chanson difficiles pour vous ou pour vos ‘compagnons chantants’ (SATB) en ce qui concerne le rythme, le tempo, le texte, la mélodie, le chant d’ensemble, avec ce qui se déroule particulièrement bien. En est-il de même pour tout le monde ? Comment les autres s’y prennent-ils ? Cela serait-il possible pour vous aussi ? Comment aider les autres ?
  • Frontière 3 : votre rôle. Vous êtes chanteur ou chef de chœur. Que se passerait-il si vous étiez à la place du chef de chœur ? Que feriez, diriez, voudriez, proposeriez-vous ? Et qu’en serait-il si le chef de chœur était un chanteur ? Ce ne sont pas les idées qui manquent… La version anonyme est également possible en utilisant une boîte à idées.
  • Frontière 4 : votre tâche. Les chanteurs chantent. Mais certains ont une tâche supplémentaire. En prenez-vous une à charge aussi ou pouvez-vous échanger ou partager ? Liste non exhaustive : distribuer les partitions, préparer les chaises, aérer le local, aider les plus jeunes chanteurs, rassembler des actualités, faire de la publicité pour une représentation, imaginer des activités, …. Il est fort probable que vous aimerez encore plus vous rendre à la chorale parce que votre rôle en son sein est plus important.
  • Frontière 5 : le lieu. Chantez les chansons de la chorale aussi à la maison, à l’école, chez des amis. Eveillez la curiosité de tout le monde sur votre activité dans la chorale. Expliquez aussi les bienfaits de la chorale aux personnes extérieures. Teintez vos activités quotidiennes de musique en les mettant en chansons. Au début, les gens seront peut-être étonnés, mais votre enthousiasme risque bien de s’avérer contagieux.
  • Frontière 6 : la chorale. Connaissez-vous d’autres chorales ? Dans le quartier ou bien plus loin dans un pays étranger ? Y chante-t-on les mêmes chansons ? Comment fonctionne-t-elle ? Y avez-vous des amis ? Avez-vous l’occasion de chanter ensemble ? Ont-ils déjà joué à ‘The Singing Sofa, Sit down and play’ ? Qu’en ont-ils pensé ? Pouvez-vous y jouer ensemble ? Vous arrive-t-il de les contacter ? Echangez-vous des actualités liées à la chorale ? Quelle est leur chanson préférée ?
  • Frontière 7 : votre langue. Il vous est sans doute déjà arrivé de chanter une chanson dans une langue étrangère. Le fait qu’un autre membre de la chorale parle une autre langue à la maison éveille encore plus votre curiosité. Ou vous connaissez peut-être des enfants parlant une autre langue dans votre école, votre quartier ou association sportive. C’est vrai, à quoi ressemblerait une chanson dans cette langue ? Avez-vous une préférence de langue étrangère ? Lesquelles trouvez-vous faciles ou difficiles ? Existe-il dans cette langue une chanson parlant de la même chose ?
  • Frontière 8 : votre culture. Quelle chanson chante-t-on dans d’autres cultures à l’occasion d’un anniversaire ? A quoi les chansons de fête d’autres cultures ressemblent-elles ? Êtes-vous capable de reconnaître une culture grâce au rythme ou à la mélodie d’une chanson ? La voix d’une autre culture a-t-elle des sonorités différentes et comment utilisez-vous votre voix lorsque vous chantez cette chanson ? Existe-t-il des cultures où les gens chantent plus ?

Les activités ‘Par-delà les frontières’ ne doivent pas nécessairement prendre beaucoup de temps. Il suffit d’une simple question ou remarque pendant la répétition pour ouvrir une frontière. Mais vous pouvez naturellement aussi vous asseoir et discuter avant ou pendant la répétition. Ou agrémenter une activité supplémentaire d’un ‘moment frontière’ ou d’une ‘activité frontière’. Le meilleur choix consiste englober régulièrement ce sujet sous différentes formes dans les activités de la chorale. Et libre à vous de choisir ce qui est faisable et sous quelle forme : parler, jouer, chanter, visiter, écrire, chatter, les choix sont infinis.


Tip LAMP groot

Regardez aussi ce que font les autres partenaires VOICE d’autres pays et laissez-vous inspirer.

Oups, c’est difficile !

EYSI BLAUW

La moitié des choristes indiquent éprouver des difficultés à chanter certaines chansons. Les principales difficultés rapportées sont les notes aigües et graves et le rythme. Entre 40 et 60% des jeunes choristes considèrent comme un défi de chanter des notes aigües et graves. 1 sur 3 estime le rythme des chansons difficile.

Je suis content lorsque mes choristes aiment chanter !

EYSI BLAUW

Le top trois de l’ensemble des chefs de chœur ressemble à ce qui suit :

  1. Les enfants et jeunes aiment venir chanter (81,9%)
  2. Le niveau de chant s’améliore par étapes (54,3%)
  3. Nous notons ensemble des progrès (39,4%)

Lorsque je chante, j’ai l’impression de jouer dans un film !

EYSI BLAUWPresque tous les chefs de chœur déclarent attacher une grande importance à l’expression corporelle, à l’environnement personnel des chanteurs, à leur imaginaire et à la gestuelle pendant le chant.


EYSI BLAUWDeux chefs de chœur sur trois discutent explicitement des émotions contenues dans les chansons interprétées et 15% abordent brièvement les émotions pendant l’analyse de texte.