Why do we do things differently now?

In the past, sopranos had to stand on the left; now they stand on the right. In the past, repetitions began at seven o’clock; now they begin at seven-thirty. In the past, you could get a drink before you sang; now you can only get one afterwards. These are all changes that seem easy for adults to make: you make a new arrangement, you stick to it and everything runs like clockwork. But this is not so simple for children and youngsters. The areas of the brain that are activated when they are asked to show flexibility still have to be developed or do not yet work together perfectly. This explains why children and youngsters understand the need for change and can even approve of it, but are not always able to deal with it in practice. This causes adult to raise their eyebrows in puzzlement and sometimes even to lose their patience. ‘If you know what’s needed, why don’t you do it?’ they ask. All the young members in the choir stand at a different point in their physical and psychological development. Our desire for greater flexibility therefore implicitly includes an understanding that our young singers will need time to learn this flexibility. This means that they need to be allowed to get things wrong once in a while, even when you thought they had finally mastered it. Taking small steps forward, and occasionally a step or two backwards, is an inherent part of growth and development.

Crossing boundaries

L’objectif du projet VOICE est d’apporter un souffle nouveau aux choristes de tous âges, aux chefs de chœur de tout bord, aux fédérations chorale et à la politique de chorale par-delà les frontières de l’Europe.

Dans le Singing Sofa, nous aimons à donner au concept ‘par-delà les frontières’ une signification supplémentaire. Nous incitons dès lors à regarder ‘par-delà les frontières’ de l’âge, des chœurs, du répertoire, des activités, etc.

La liste suivante traduit quelques propositions. Mais chemin faisant, d’autres idées mieux adaptées à ta propre chorale te viendront sans doute.

•   Frontière 1 : ta propre frontière : tu as une question ? Pose-la ! Tu as un souhait ? Fais-le connaître ! Tu as un projet mais ne sais pas si tu es capable de le réaliser ? Essaie ! Quoi qu’il en soit : dialoguez entre vous et avec le chef de chœur, même s’il s’agit de problèmes, de pensées, d’émotions, de méthodes de travail, d’accords… et n’oublie pas non plus de débattre des résultats. Ce n’est qu’à ce prix que vous serez capable d’un ajustement vers une meilleure chorale.

•   Frontière 2 : les voix du chœur. De temps à autre, il est bon de comparer les parties de chanson difficiles pour toi ou pour tes ‘compagnons chantants’ (SATB) en ce qui concerne le rythme, le tempo, le texte, la mélodie, le chant d’ensemble, avec ce qui se déroule particulièrement bien. En est-il de même pour tout le monde ? Comment les autres s’y prennent-ils ? Cela serait-il possible pour toi aussi ? Comment aider les autres ?

•   Frontière 3 : ton rôle. Tu es chanteur ou chef de chœur. Que se passerait-il si tu étais à la place du chef de chœur ? Que ferais, dirais, voudrais, proposerais-tu ? Et qu’en serait-il si le chef de chœur était un chanteur ? Ce ne sont pas les idées qui manquent… La version anonyme est également possible en utilisant une boîte à idées.

•   Frontière 4 : ta tâche. Les chanteurs chantent. Mais certains ont une tâche supplémentaire. En prends-tu une à charge aussi ou peux-tu échanger ou partager ? Liste non exhaustive : distribuer les partitions, préparer les chaises, aérer le local, aider les plus jeunes chanteurs, rassembler des actualités, faire de la publicité pour une représentation, imaginer des activités, …. Il est fort probable que tu aimeras encore plus te rendre à la chorale parce que ton rôle en son sein est plus important.

•   Frontière 5 : le lieu. Chante les chansons de la chorale aussi à la maison, à l’école, chez des amis. Eveille la curiosité de tout le monde sur ton activité dans la chorale. Explique aussi les bienfaits de la chorale aux personnes extérieures. Teins tes activités quotidiennes de musique en les mettant en chansons. Au début, les gens seront peut-être étonnés, mais ton enthousiasme risque bien de s’avérer contagieux.

•   Frontière 6 : la chorale. Connais-tu d’autres chorales ? Dans le quartier ou bien plus loin dans un pays étranger ? Y chante-t-on les mêmes chansons ? Comment fonctionne-t-elle ? Y as-tu des amis ? Avez-vous l’occasion de chanter ensemble ? Ont-ils déjà joué à ‘The Singing Sofa, Sit down and play’ ? Qu’en ont-ils pensé ? Pouvez-vous y jouer ensemble ? T’arrive-t-il de les contacter ? Echangez-vous des actualités liées à la chorale ? Quelle est leur chanson préférée ?

•   Frontière 7 : ta langue. Il t’est sans doute déjà arrivé de chanter une chanson dans une langue étrangère. Le fait qu’un autre membre de la chorale parle une autre langue à la maison éveille encore plus ta curiosité. Ou tu connais peut-être des enfants parlant une autre langue dans ton école, ton quartier ou association sportive. C’est vrai, à quoi ressemblerait une chanson dans cette langue ? As-tu une préférence de langue étrangère ? Lesquelles trouves-tu faciles ou difficiles ? Existe-il dans cette langue une chanson parlant de la même chose ?

•   Frontière 8 : ta culture. Quelle chanson chante-t-on dans d’autres cultures à l’occasion d’un anniversaire ? A quoi les chansons de fête d’autres cultures ressemblent-elles ? Es-tu capable de reconnaître une culture grâce au rythme ou à la mélodie d’une chanson ? La voix d’une autre culture a-t-elle des sonorités différentes et comment utilises-tu ta voix lorsque tu chantes cette chanson ? Existe-t-il des cultures où les gens chantent plus ?

Les activités ‘Par-delà les frontières’ ne doivent pas nécessairement prendre beaucoup de temps. Il suffit d’une simple question ou remarque pendant la répétition pour ouvrir une frontière. Mais vous pouvez naturellement aussi vous asseoir et discuter avant ou pendant la répétition. Ou agrémenter une activité supplémentaire d’un ‘moment frontière’ ou d’une ‘activité frontière’. Le meilleur choix consiste à englober régulièrement ce sujet sous différentes formes dans les activités de la chorale. Et libre à vous de choisir ce qui est faisable et sous quelle forme : parler, jouer, chanter, visiter, écrire, chatter, les choix sont infinis.


Tip LAMP groot

Regarde aussi ce que font les autres partenaires VOICE d’autres pays et laisse-toi inspirer.

Oops, that’s too difficult!

EYSI BLAUWHalf of the young singers admit that they sometimes experience difficulties when singing some songs. The most frequent difficulties are singing high and low notes and keeping in rhythm. 40 to 60% of the children and youngsters say that singing high and low notes is a real challenge. The rhythm is difficult for one in three.

If my young choristers are happy singing, then I am happy as well!

EYSI BLAUW

The combined top three of all the choir leaders is as follows:

  1. The children and youngsters enjoy their singing (81.9%)
  2. The level of singing performance systematically improves (54.3%)
  3. We make progress together (39.4%)

When I sing, it’s like playing in a film!

EYSI BLAUWNearly all the choir leaders say that they attach great importance to facial expression and bodily movement during singing, as well as to the personal environment and the fantasy world of their young singers.


EYSI BLAUWTwo-thirds of choir leaders explicitly discuss the emotions that occur in the songs the choir is singing and 15% briefly discuss emotions as part of their textual analysis.