Les mains moites et des trémolos dans la voix

Profondément enfoui dans le cerveau se trouve une partie très active en cas d’émotions fortes. Comme cette partie est liée à bien d’autres régions du cerveau qui t’aident dans bien des activités, il t’arrive de remarquer que tu es capable tout à coup de faire d’autres choses ou d’y mettre plus d’énergie. Tu sautes dès lors littéralement au plafond en entendant une bonne nouvelle. Un coup de colère te fait claquer les portes. La volonté de gagner te fait battre des records de vitesse, … L’énergie libérée est parfois difficile à doser. Pour d’autres émotions, comme l’angoisse, on dirait que ton corps ne t’obéit plus : tu te sens paralysé ou tu n’oses plus bouger. Tu sens parfois des changements dans ton corps sans arriver à les contrôler : ton cœur s’emballe, tes intestins s’affolent, tes jambes se dérobent, tes mains sont moites.

Souvent, cela est dû à une pensée ou une émotion. Tu es persuadé que tu vas commettre une erreur, ce qui te rend nerveux. Ou tu sens que tu réussiras moins bien qu’avant à chanter et tu perds ton assurance. Comme tout ton corps participe au chant, tu t’en rends compte dans ta respiration, ta voix, tes jambes, tes lèvres, etc. On dirait que tu as oublié toutes les subtilités du chant.

La meilleure solution est elle aussi une émotion ou une pensée : que pourrait-il arriver si je chante une fausse note ? Quelle importance si j’oublie une partie de mon texte ? Suis-je un plus mauvais chanteur si je reprends ma respiration plus souvent ? La réponse est souvent rassurante. Mais comme ces pensées paralysantes te submergent la plupart du temps lors d’une situation stressante (par exemple juste avant d’entrer en scène), mieux vaut s’exercer régulièrement à générer des pensées apaisantes. Car ce n’est pas l’entrée en scène même qui provoque de la tension, mais bien la manière dont tu la gères, ce que tu en penses et comment tu la ressens. La capacité de se calmer s’apprend entre autres par des exercices permettant de refouler certaines émotions contraignantes. C’est une autre caractéristique d’un bon choriste. Les émotions des autres n’étant pas toujours faciles à détecter, il serait bon d’en discuter régulièrement, car un apprentissage commun est doublement efficace.


EYSI BLAUWEn pratique, la moitié au moins des chefs de chœur sont attentifs à la correction des erreurs, à l’échauffement de la voix, au chant d’ensemble, à une respiration correcte, au maintien, à l’articulation, aux exercices vocaux, à la justesse de ton et à la discipline. Les sujets maîtriser le stress et refroidissement de la voix ne sont abordés pendant les répétitions que par 10% des chefs de chœur.


Tip LAMP groot

Pendant tes répétitions ou avant le concert, donne à tes choristes des astuces pour contrôler leur nervosité. C’est important pour les nouveaux membres de la chorale, mais aussi pour les choristes plus expérimentés qui puiseront de l’énergie supplémentaire dans quelques mots d’encouragement !