Sans oreille, pas de salut

Nous te proposons un petit jeu : Mets un casque sur tes oreilles et passe une chanson au hasard. Ta mission : chanter ‘happy birthday to you’ en même temps. Que vont entendre tes auditeurs ? Que tu chantes faux et n’es pas dans le rythme. Mais pourquoi donc ? Tu connais la chanson par cœur et l’as déjà chantée des centaines de fois… Le plus drôle, c’est que tu n’as toi-même pas conscience de tes erreurs. La cause en est évidente : pour chanter juste (tempo, rythme, mélodie), l’ouïe est absolument indispensable. Tu émets un son, tu t’entends, et ton cerveau décide si c’est juste ou non. Il envoie ensuite des stimuli à tes muscles : pour corriger s’il y a une erreur, pour maintenir la bonne tension musculaire jusqu’au prochain son si c’est juste. Tout ceci se fait le temps d’un éclair et en continu. Le fait de chanter souvent et étape par étape des choses plus difficiles, te permet aussi de toujours mieux entendre les petites différences, t’amenant à toujours chanter plus juste.

La chorale demande aussi l’écoute des autres : de celui se trouvant à côté de toi, mais aussi de la sonorité du chant d’ensemble. La voix d’un des chanteurs culmine parfois clairement lors de notes particulières, ou tu remarques qu’une tonalité s’avère difficile pour tout le monde. Tu entends parfois des choses que tu peux difficilement améliorer tout seul quels que soient tes efforts. Mais les indications du chef de chœur permettent à chacun de s’améliorer. Le chef de chœur peut parfois véritablement te mettre au défi en plaçant à côté de toi un choriste qui a du mal à chanter juste. Son apprentissage peut être accéléré en écoutant un bon chanteur. Il faut alors faire preuve d’une véritable concentration pour ne pas se laisser influencer par son chant qui n’est pas (encore) complètement juste. Des chercheurs ont constaté que des chanteurs de haut niveau s’entraînent d’une telle manière qu’ils sont capables de chanter juste quoi qu’il arrive, même s’ils ne s’entendent pas eux-mêmes. Leur mémoire musculaire est tellement fine que leurs muscles savent précisément quoi faire lors des différents sons sans le contrôle de l’ouïe.